Accueil Services Magazine Contact

Uber, AirBnB : et si le digital replaçait l'humain au centre de l'économie.

Publié par Chris le Mercredi, 30 Juillet 2014



Aussi loin que je me souvienne, l'économie s'appuie essentiellement sur les entreprises qui fournissent des biens et services et le capitalisme a permis à ces entreprises de grossir au point de devenir des multinationales. Les politiques se sont développées afin de les attirer dans nos pays. Tout fonctionnerait bien si ce système n'avait pas créé progressivement d'énormes inégalités entre les patrons, les actionnaires et les travailleurs. L'humain n'est plus grand-chose pour une entreprise, le capital, par compte est d'une importance vitale. Avec la crise, la digitalisation de notre monde et la pression fiscale sur les entreprises locales, l'emploi devient rare, pourtant, ce n'est pas les besoins qui manquent, la plupart des entreprises se savent plus engager de main d'œuvre.

L'humain n'est plus au centre de l´économie, c'est un fait. Lorsque l'on fait appel à un professionnel, on devrait avant tout payer le service, mais en réalité, on paye surtout les taxes et impôts qui représentent plus de la moitié de la facture de façon directe ou indirecte, mais c'est ça qui finance le système ... Si bien que les professionnels deviennent impayables pour le particulier. Le plombier, par exemple, peut facturer plus de 100 euros pour réparer une fuite qu'un voisin bricoleur aurait pu faire en 15 minutes.

Uber, le service de taxi humain et AirBnB qui permet de réserver un hébergement chez des particuliers font partie de ces applications qui permettent aux citoyens de rendre des services à d'autres citoyens. Elles créent des économies alternatives qui se rapprochent du travail au noir ou du troc. Ces services ne sont pas les seuls dans le genre et je suis certain que ce n'est que le début. En ce moment, des milliers de personnes ont des "idées révolutionnaires" inspirées de près ou de loin de ces applications.

Le plombier de mon exemple pourrait se voir remplacé par un particulier bricoleur à la recherche de quelques petits sous inscrit sur un service innovant.

Une économie qui fait peur à l'Europe.

Ces services sont avant tout des entreprises américaines qui concurrencent les entreprises locales tout en ne payant pas d'impôts sur le territoire et ça, ça ne plaît pas à la commission européenne ni aux gouvernements locaux qui ne vont pas hésiter à créer de nouvelles lois au cas par cas. De leur côté, Uber et AirBnB se professionnalisent et visent maintenant les entreprises et dès cet automne, ils généreront les notes de frais grâce à Concur. Uber vient d'ailleurs de lancer « Uber for Business ».

Le succès de ces précurseurs montre clairement qu'il pourrait exister des solutions pour permettre aux gens de générer un peu d'argent sans créer d'entreprise. Des petits revenus complémentaires bien utiles pour certains et de la main-d'œuvre bon marché pour d'autres, un deal qui n'est pas sans rappeler les titres et services des aides ménagères en Belgique. Pensez à tous les retraités, les chômeurs, les étudiants qui pourraient rendre de nombreux services tels que réceptionner des colis, faire des courses, bricoler, donner des cours en ligne, cuisiner, composer, dessiner, rechercher des enfants à la crèche. Aujourd'hui, tout est conditionné à une notion d'entreprise et d'emploi disponible alors que le digital pourrait ouvrir le travail à un niveau supérieur.

Il n'y a pas que les sans-emploi que ça pourrait intéresser. Vous voudriez bosser une dizaine d'heures par mois pour compléter votre salaire avec un statut d'entrepreneur? La recherche des clients, la paperasserie, les frais divers pourraient rapidement vous faire changer d'avis.

Une économie qui pourrait fortement se développer grâce aux monnaies alternatives.

Que l'on parle s'appuie sur le Bitcoin ou des monnaies locales, le fait d'échanger un service contre un autre service ou de la monnaie non reconnue par l'état permettrait de développer réellement une économie parallèle, car jusqu'à présent, on ne paie pas d'impôt sur des points de fidélités.


Personnellement, je pense que l'Europe devrait prendre les devants et se préparer l'arrivée de cette économie alternative avec un encadrement intelligent et légal, voire, l'organiser directement, mais connaissant notre continent, je pense que nos dirigeants vont essayer d'interdire ce genre de services afin de protéger les vieux modèles, jusqu'au jour ou il sera trop tard.

On n'arrête pas le progrès, mais on sait le ralentir.

A propos de Chris Project Manager Digital. Ex Digital Developer et UIX designer, Ex SEO et Social Media Coordinator pour les medias.
Partagez cette page sur les médias sociaux !