Glose Media SEO & E-Marketing Web Développement Le Blog du Digital Contactez-moi

Les opportunités de la première génération immatérielle de notre histoire !

Christophe Lefevre Chris Lefevre
4min de lecture

Je suis un grand pessimiste et comme beaucoup je m’inquiète de l’obsession de nos enfants et ados pour les écrans. Moi même, je vie cette possession et peut être que vous aussi, vous ne savez plus vivre sans votre smartphone.

Pour la première fois de l’histoire, une génération préfère l’immatériel à l’objet physique. Beaucoup d’enfants et ados ne veulent plus forcément de nouveaux jouets, mais préfèrent un abonnement PlayStation, à Netflix, Spotify, la 4G, un jeu en ligne, des packs de monnaie virtuels pour un jeu, un nouveau filtre Snap et j’en passe.

Le culte de l’objet physique qui perd de son attrait peut nous déstabiliser à Noël, quand on doit offrir des cadeaux qui se trouvent dans le cloud, mais ce qui pourrait nous permettre, un jour de moins polluer. Je dis bien un jour parce qu’aujourd’hui, l’empreinte carbone de la fabrication d’un smartphone ou d’un serveur est très élevée. Il faudra bien des lois qui encadrent tout cela, mais avec le Cloud, il est également de moins en moins nécessaire d’acheter des nouveaux produits digitaux.

L’IA va également bouleverser les habitudes. Nous sommes également entrés dans une économie de partage et le fait qu’un objet digital se duplique beaucoup plus facilement qu’un objet physique est très positif. De ce côté là, en dehors des abus, on peut dire que l’intérêt de nos enfants pour le digital est quelque chose d’assez positif.

Dans ce monde de l’immatériel, un jeune ne doit pas forcément être riche pour être populaire, même si ça aide toujours. Norman faisait des vidéos sans avoir le look de la star du lycée des années 90 mais il est super créatif et ça a fait de lui une personnalité incontournable. Certaines youtubeuses célèbres ont déjà expliqué qu’au lycée, elles étaient harcelées.

Avec internet, il faut bosser, être créatif et s’acharner pour réussir. Ce n’est pas si mal comme message, non ?

Dans le futur, beaucoup de métiers seront totalement virtuels. Des gens bosseront toute la journée dans leur lit. Non, ce n’est pas une bonne chose, mais il faut en être conscient.

Moi j’adore le virtuel, mais à la différence des enfants, je choisis généralement de profiter de ce temps pour enrichir mon esprit, soit en écoutant ses interviews intéressantes, en lisant des articles de qualité, en écrivant des articles qui m’aident à structurer ma pensée et en testant des trucs utiles professionnellement. Je ne suis que rarement en train de traîner sur le web.

Ce n’est pas le cas de beaucoup d’enfants qui jouent, traînent sur Snapchat et n’apprennent rien. Comment convertir le temps passé sur internet et connaissances et surtout pourquoi ne pas exploiter ces canaux pour éduquer les enfants ?

« Il faut absolument qu’on fasse des travaux scientifiques, des travaux pédagogiques, pour trouver des technologies qui permettent d’aider les gens pas très intelligents à devenir plus doués, à mieux comprendre le monde [...] »

Laurent Alexandre

Et moi, je suis persuadé que Prof-Youtubeur est un métier d’avenir. Le jeune prof qui arrive à adapter des cours avec les codes de YouTube peut être très addictif pour les enfants parce qu’il est évident que les enfants ont une énorme soif de connaissance, mais si apprendre c’est chiant, dans un monde hyper connecté, on ne va pas aller très loin. Comme le dit Laurent Alexandre, il faut trouver des méthodes pédagogique pour apprendre à des personnes qui n'ont pas les capacités intellectuelles pour apprendre. Certains cours s’adaptent parfaitement au format numérique sous forme de vidéo ou de jeu vidéo, comme l’histoire ou la géopolitique.

« Papa, tu sais que [...] , je l’ai entendu sur la chaîne Youtube de Mathieu Sommet »

On aimerait tous que nos enfants lisent 3 livres par semaine, mais les cerveaux de nos enfants seront de moins en moins formatés pour faire des tâches qui ne font appel qu’à un seul sens à la fois comme lire ou seulement écouter de la musique. En tout cas, c’est mon impression.

On a donc aujourd’hui, des canaux très efficaces comme le jeu vidéo et les vidéos ludiques qui correspondent aux besoins des métiers de demain : informatique, IA, multitâche, ... et on nous dit qu’on n’arrive plus à enseigner des matières à nos enfants.

Nous sommes incapables de voir les opportunités que nous offre une génération immatérielle.

Cette génération est en décalage complet avec les modèles imposés par nos ancêtres. Il faudra probablement attendre quelques décennies pour que cette génération prenne le contrôle des institutions et les réforment pour les générations suivantes, mais nous, et je m’en rends compte tous les jours, n’en avons pas du tout la capacité.


A propos de l'auteur Chris Lefevre, consultant en solutions digitales. Je vous propose mes services pour améliorer votre visibilité sur les nouveaux médias.

Partagez cette page sur les médias sociaux !