Accueil Services Magazine Contact

La loi Voigt est passée : Youtube et Facebook vont bloquer l’accès aux Européens.

Publié par Chris le Mardi, 31 Mars 2015

Ugo Voigt

Cela fait maintenant quelques mois que le député allemand Udo Voigt a déposé sa proposition de loi contre Youtube mais depuis, elle s’est ouverte à d’autres médias sociaux tels que Facebook. En toute sincérité, personne ne s’attendait vraiment à ce que cette loi passe, d’autant plus que Udo Voigt n’est pas un député très populaire, mais depuis quelques semaines, la proposition a joui du soutien de la chancelière Angela Merkel. Apparemment, c’est son influence qui a permis à la loi Voigt de passer en toute discrétion dans la nuit de lundi à mardi.

Pour rappel, la loi Voigt n’est pas une loi qui vise directement les médias sociaux, mais plus précisément les plateformes audiovisuelles sur le Net. Elle vise à ramener en Europe une grande partie de l’argent généré sur le territoire grâce à la diffusion publicitaire importée des États Unis.

L’article précise, ainsi, que toute diffusion publicitaire diffusée sur le territoire Européen ne sera publiée que par une régie localisée en Europe et celle-ci devra s’affranchir de la nouvelle taxe de diffusion extraterritoriale des médias publicitaires qui peut s'élever jusqu’à 38% des revenus générés.

Pour les médias traditionnels, le problème ne se rencontre que très rarement, c’est par contre très différent pour le web. Si Google a depuis longtemps ouvert une régie Doubleclick localisée en Irlande, la taxe européenne de diffusion des médias publicitaires pourrait fortement plomber le modèle économique de Youtube. Google pourrait décider de réduire son accès à l’Europe, par exemple, en supprimant les versions HD des vidéos ou pire, en supprimant le contenu européen de plus d’un an. C’est une piste qui a déjà été évoquée pour réaliser des économies.

Pour Facebook, la situation est bien plus grave, car la totalité de la publicité diffusée sur le réseau social est déclarée aux Etat Unis et la vidéo est le format le plus prometteur en terme de revenu généré. Zuckerberg a annoncé qu’il ne céderait jamais au chantage de la commission et n’hésiterait pas à bloquer l’accès à son portail à l’Europe si celle-ci ne revenait pas sur sa décision. L’affaire est prise très au sérieuse au congrès des États-Unis où plusieurs sénateurs n’hésitent pas à traiter la commission européenne de repère de « digital neo-Nazis ».



À Bruxelles, on tempère. Le député européen Udo Voigt s’est dit réjoui de la « première décision courageuse » pouvant mener à la désaméricanisation d’internet. Selon ses estimations, l’argent généré par cette nouvelle taxe devrait permettre à l’Europe de mettre en place de véritables politiques de conquêtes du Web en soutenant les jeunes startups européens innovantes. Il a également parlé de la création d’une Silicone Valley européenne.


Evidemment, tout ceci n’est qu’un April Fool.

A propos de Chris Project Manager Digital. Ex Digital Developer et UIX designer, Ex SEO et Social Media Coordinator pour les medias.
Partagez cette page sur les médias sociaux !