Accueil Services Magazine Contact

L’iPhone bientôt retiré de la vente en Europe.

Publié par Chris le Vendredi, 29 Mars 2013

Mise à jour : cet article est évidemment un poisson d'avril, publié le 1er avril et non le 29 mars comme indiqué



La CE peut-elle imposer le choix d’une technologie à une société américaine? C’est sur ce point qu’Apple a tenté de faire plier la commission européenne, mais rien n’y fait, selon la députée Marieke Vankaulenberg, si une société refuse de se plier aux règles européennes, alors elle ne peut pas vendre ses produits sur le territoire.

Revenons quelques années en arrière. Bruxelles a exigé en 2010 des fabricants de téléphones mobiles de s’aligner sur un seul et unique format de chargeur pour des raisons écologiques évidentes. Le Micro-USB est choisi et progressivement, tous les fabricants que ce soit Samsung, Nokia ou HTC commencent à s’aligner.

Mais Apple s’y oppose totalement, l’iPhone ne se serait pas un téléphone mobile, mais l’élément d’un écosystème tout entier sur laquelle d’autres marques auraient également misé.

Mais en 2012, coup de théâtre, l’iPhone 5 sort avec le nouveau connecteur le ligtning. Son nouvel argument : le format micro-USB ne permet pas de faire ce qu’Apple a prévu pour sa connectique. La commission européenne n’apprécie guère ce nouveau tour de passe-passe et décide de faire appel à un groupe d’expert.

Fin 2012, suite au résultat de l’enquête, la députée en charge dépose le dossier à la Cour européenne, le résultat est sans appel, soit Apple accepte d’intégrer le mini-USB, soit il paye une amende sur chaque iPhone vendu depuis 2010, soit retire l’iPhone de la vente en Europe.

Contre toute attente, ce vendredi 29 mars, Apple a confirmé son choix de ne pas se plier aux décisions de la cour européenne et choisi de retirer l’iPhone de la vente plutôt que de payer une lourde amende. Apple se refuse pour le moment de commenter ou officialiser cette décision.

Selon Mark Edelman, porte parole de la député Vankaulenberg, Apple était conscient depuis 2010 de l’impact qu’aurait un non respect de la réglementation européenne, il explique cette situation par le fait que pour le géant, l’Europe serait un marché jugé peu stratégique. Il préfèrerait de loin se focaliser sur le marché asiatique dans lequel la concurrence est rude.

Suite à cette décision, une pétition est ouverte sur Facebook, elle a déjà recueilli plus de 60 000 signatures numériques d’internautes désirant casser la décision de la cours.

A suivre.

A propos de Chris Project Manager Digital. Ex Digital Developer et UIX designer, Ex SEO et Social Media Coordinator pour les medias.
Partagez cette page sur les médias sociaux !